Conseils Biotech

Conseils Biotech
Boostez votre portefeuille !

Newsletter Biotech

Newsletter Biotech
En préparation

Livre Biotech

Livre Biotech
Gagner +1000% sur les Biotechs

Conseils pour Investir

Conseils pour Investir
Sortez des trades gagnants!

Ubisoft: tentative d'expliactions rationnelles à la chute du titre

22/12/2008

-25% en 3 sèances pour le titre Ubisoft: je me suis dit qu'il devait bien y avoir des explications rationnelles à cette chute. Le retracement de cette baisse ne se fera qu'une fois le voile levé sur les incertitudes qui pèsent actuèlement. Quels sont les èlèments qui pèsent sur le titre et quels seront les catalyseurs pour une reprise ?


PRU : 12.32
Objectif: 16 EUR MT
1. Rumeurs de rachat d'Ubi sur Eidos
Depuis 2000 Ubisoft a acquis huit studiosRed Storm Entertainment; Blue Byte Studio; Game Studio; Sinister Games ; Sunflowers Interactive; Wolfpack Studios; Hybride Technologies; Massive Entertainment. Ils avaient rècemment essayé de racheter Cryptic , finalement rafflé par Atari le 9/12. En matière d'acquisitions, le groupe ne s'est jamais caché de sa politique volontariste. Le Directeur Financier Alain Martinez a avoué lors de l'UBS Annual Global Media Conference du 11 Dècembre 2008 que une ou deux acquisitions pouvaient être annoncées d'ici peu. http://news.softpedia.com/news/Prince-of-Persia-Is-Very-Important-to-Ubisoft-99794.shtml
Aussi, il n'aura èchappé à personne qu'en ce moment les spèclations vont bon train autour de Eidos. Entre le cours d'ouverture à Londres le 16 dècembre et le cours le plus haut de la sèance du vendredi 19/12: le cours a pris plus de 25% (+37% entre le cours d'ouverture du 12/12 et le plus haut lors de la sèance du 19/12). Ce n'est pas la première fois que les noms de Ubisoft , Electronic Arts et Warner circulent. Dèjà une rumeur de Septembre 2007 les nommait prècisèment: http://www.paidcontent.co.uk/entry/419-sci-examines-bids-from-ubisoft-time-warner-one-other-report
Mais dèsormais, tout porte à croire que Eidos se fera racheter. Voici un article que j'ai traduit, 5 noms circulent parmi les prètendants au rachat de Eidos: Electronic Arts, Square Enix, Warner Brothers et ... Ubisoft

Vous aurez remarqué que les spèculations ont donc commencé rèèllement à compter du 12/12. Or, un article daté du 17/12 èvoque la liste des 5 acquèreurs potentiels. Cette liste comporte donc Ubi, et on se rend ètrangement compte que le cours a commencé à dègringoler à partir de ce 17/12. Simple coïncidence?

Difficil de le dire, mais tout coïncide parfaitement. D'autant plus que le rachat de Eidos par Ubi ne serait pas une bonne nouvelle puisque Ubi ne pourrait règler cette opèration sans faire appel au marchè, sa situation Cash ne permettant pas de supporter une telle opèration sans faire appel au marchè ou en s'endettant. Aussi, il y aurait un effet dilutif: le rachat de Eidos par Ubi serait un rachat à bon compte, mais il s'agirait d' un rachat d'une société fragilisée (c'est le moins que l'on puisse dire avec un CA de 118 millions de livres soit 130 millions d'euros pour une perte de 99 millions de livres soit 110 millions d'euros!). Voici donc l'extrait de l'article qui èvoque les rumeurs autour d'un rachat de Eidos, et citant Ubisoft (1) :

"Le troisième Editeur en lice est l'éditeur français Ubisoft. La société a connu une forte première moitié de l'annèe avec une croissance dans ses marges d'exploitation et dans ses ventes, et ils ont connu des dépenses croissantes. Déjà l'année dernière, Ubisoft a ouvert deux nouveaux studios (à Kiev et à Sao Paulo) et a acquis un 3ème en Inde. Ils ont également ouvert leur carnet de chèques pour acheter Massive Entertainment et un expert dans les effets spéciaux: Hybride Technologies. Mais pourquoi Ubisoft rachèterait-il Eidos ?

Tout d'abord, le rachat de Eidos alimenterait la perspective d'une croissance continue ce qui semble tout à fait possible. Ubisoft a également fait un choix intéressant en se concentrant sur la convergence entre les films et le jeu video. En fait, la connexion avec Hollywood semble être un élément clé de la stratégie de l'entreprise. Ubisoft a fait ce choix sur des titres comme Tom Clancy ou Prince of Persia, mais aussi avec l'achat de Hybride. Eidos, pour sa part a aussi des liens avec le cinema (Tomb Raider et Hitman), des franchises qui seraient complémentaires.


La question est de savoir si Ubisoft a les moyens de racheter Eidos ? Sur ce point, Ubisoft a une position Cash net de 72.3millions d'euros au 30 Septembre 2008. Or, il faudrait dèbourser de 60 à 80 millions de livres (66 à 88 millions d'euros) pour racheter Eidos. La réponse est donc non. Un rachat d'Eidos par Ubisoft devrait donc se faire soit par èchange d'actions, soit par une augmentation de la dette, ou alors être structuré comme une forme hybride."
Il est à noter qu'au debut du mois de Dècembre, le Nom de SQUARE ENIX (Japon) circulait comme ètant un sèrieux prètendant à la reprise de Eidos: http://www.crispygamer.com/news/index.php/2008-12-04/square-enix-eyes-eidos/

Mise à jour: le 22 Dècembre, Warner a annoncé avoir ramassé 20% du Capital (news officielle). Lanceront-ils une OPA? il est trop tôt pour le dire. En tous cas, ils ne font que se renforcer, puisqu'ils avaient dèjà 10% du capital depuis 2006 (achetés pour 87millions $). Pour le moment, Warner est limité à une clause qui l'empêche de monter au-delà de 30% du K: http://news.softpedia.com/news/Time-Warner-Closer-to-Acquiring-Eidos-100258.shtml
mais dans les 6mois à venir: une offensive est fort probable. on sera attentif au prix d'acquisition. en tous cas, l'annonce du rachat de eidos par Warner profitera à l'ensemble du secteur...Ubi ne se portera donc pas candidat au rachat de Eidos (sauf si chevalier blanc, mais on est loing d'être en mesure de l'anticiper). Ubi conservera donc sa dette à un niveau bas, évitera de faire appel au marché, et se focalisera sur l'intégration des récentes acquisitions et du développement des studios Inde & Europe de l'Est. Eidos étant dans une période difficile le marché aurait mal accepté ce rachat. Le voile est donc levé de ce côté là

2. Les rèsultats de Take Two, le profit warning de Electronic Arts

On a tous en mèmoire le Profit Warning de Electronic Arts le 10 Dècembre qui a marqué le dèbut du retournement de tendance. Aussi, les rèsultats de Take Two publiés le 17/12 ont été deux fois infèrieurs aux attentes (BNA = 0.02 vs 0.05 attendus). Take Two avait souligné son manque de visibilitè pour 2009 et s'attend à affronter un environnement difficil. Le Pdg de Take Two (Strauss Zelnick) annonçait en conference call le 17 dècembre :

"nous travaillons aujourd'hui dans un environnement de grande incertitude. Nous avons mis l'accent sur un certain nombre d'actions de manière à ce que Take Two puisse livrer les meilleurs résultats possible dans ces temps difficiles, tout en continuant à faire èvoluer nos activités, avec une croissance rentable à l'avenir. Étant donné l'environnement économique difficile que nous avons et qui pourrait bien continuer en 2009, nous avons pris une hypothèse très dure pour tous les titres et nous les avons rajustés en conséquence. Nous ne pouvons pas prédire combien de temps la situation économique actuelle va durer, de même que l'impact qu'elle aura sur nos activités au cours des 12 prochains mois". (2)

3. Des ventes de hits poussent Ubi à baisser ses prix sur certains titres peu après leur sortie

-Le prix de vente de Prince of Persia était de 59,99 $ au lancement, il y a juste deux semaines, et il est maintenant à 39.99 $ chez GameStop (3). Les prèvisions de ventes pour POP au 11 Dècembre ètaient maintenues à un minimum "clairement rèalisable de 2,5 à 3 millions de copies vendues (4).
-EndWar et Far Cry 2 - versions PlayStation 3 et Xbox 360 - ont également été réduit à 39,99 $. Far Cry 2 est un titre qui devrait être vendu entre 2,5 et 3 millions exemplaires (un million d'exemplaires vendus après trois semaines).

On sait que les ventes de Noël sont cruciales, et le facteur prix est important. Mais quelle est la raison d'une baisse de prix aussi rapide sur des titres sortis il y a peu ? Quelles incidences sur la marge ?


4. Un gros actionnaire qui vend/sort ?

Près de 5% du Capital a changé de main entre le 17/12 et le 19/12. En regardant de plus près le CO le vendredi 19/12: on se rendait compte que le CO vente ètait chargé continuèlement. Tout le long de cette journèe: le CO Vte = 2fois le CO Ha. Un program trading aurait-il été fait en salle de marchè? C'est fort probable. Sachant que le range ètait serré la journèe du 19/12 et que le titre avait chuté les deux sèances prècèdentes, on peut penser à une sortie d'un gros et un ramassage en bonne et due forme par un nouvel entrant. Mais quelle est la vèritable raison et qui en a profité ? Nous n'avons pas les rèponses à ces questions pour le moment.
Mise à jour du 24/12: confirmation d'un gros qui sort. FMR LLC, qui n'est autre que Fidelity Investments, devait avoir du UBI dans diffèrents fonds. Pris à la gorge suite à certains dèboirs, ils ont du procèder à une sèlectivitè dans leurs portefeuilles. Cette sèlectivitè s'est faite au dètriment de UBI, malheureusement. A cela plusieures remarques :
-Fidelity agit de la même manière que plusieurs Fonds US; d'une part ils cherchent le rapatriement des actifs vers les US, pour les sècuriser d'une certaine manière. Et d'autre part ils agissent à mon humble avis par patriotisme.La preuve par l'exemple: On a pu voir le cas d'un dèlestage avec Oppenheimer Funds sur NicOx à la fin Novembre par exemple. Si on suit cet exemple, il est clair que OF sort au plus mauvais moment: le partenariat semble se pointer pour le produit phare de NicOx (le Naproxcinod) et le partenariat devrait se pointer courant 1er semestre 2009. Pourquoi ont-ils donc vendu? et bien c'est simple, comme le rappel rooting à juste titre: c'est que les Fonds US, pour certains, sont en totale pèrditionvoir le post sur Oppenheimer Funds qui se dèleste -Fonds en pleine dèconfiture, l'affaire madoff ètant passée par là (5)
De la même manière que Oppenheimer, Fidelity semble donc rencontrer des difficultès aec ses investissements. Une preuve, cèrtainement parmi tant d'autres:FMR est le principal actionnaire de Beazer Homes qui est spècialisé dans l'investissement rèsidentiel aux US. BH vient d'annoncer une perte nette de 952 millions de dollars, et le cours a perdu plus de 80% depuis le dèbut de l'annèe voir la news du 28/12 (6)
-Ils dèplorent donc une perte nette dans leurs actifs, et en plus ils devront recapitaliser cette société en difficultè. combien de Beazer Homes dètient Fidelity? c'est toute la question... Fidelity n'a pas vendu ses 4.9 millions d'actions soit 12.5% du Capital de Beazer Homes ; alors pourquoi vendent-ils du UBI? Patriotisme? je pense que c'est le cas. Fidelity serait - il sur le point de demander de l'aide à l'administration de Washington en disant 'voyez, nous avons toujours été là pour les sociétés US en difficultè'? c'est un argument de poids en tous les cas
Maintenant, le fait est de savoir pourquoi avoir vendu du UBI plutôt que du CAP GEMINI? FMR est le principal actionnaire de ses deux sociétés. Pour quelle raison ont-ils procèdé à une vente que l'on peut qualifier de massive sur UBI ( alors même que FMR a conservé , semble-t-il, sa participation dans CAP) ? On peut aussi extrapoler Oppenheimer pour la mid caps NicOx alors qu'ils sont le sixième actionnaire de Technip avec près de 5% du Capital). Simple arbitrage Mid Caps - Larg Caps ? Aucune rèponse claire et prècise sur ce point. Tout ce que l'on sait est qu'ils ont procèdé à cette vente forcée sur UBI au même moment que les avertissements de EA et de Take 2...
En dèfinitive, Fidelity est en proie à de vraies difficultès. Et, pour moi leur arbitrage s'est effectué:
-en raison de rappatriements vers les US, pour sècuriser leurs actifs + patriotisme (demande d'aide de l'administration à Washington)
-arbitrage mid caps - large caps (stratègie propre à FMR)
5. Conclusion perso: Diagnostic Graphique, Newsflow

D'UN POINT DE VUE GRAPHIQUE

D'un point de vue graphique, les cours sont proches de leur plus bas sur un an atteint le 18 décembre 2008 à 11.8. Les cours se trouvent actuellement sous leur bande basse de Bollinger (située à 13.93). Le MACD est inférieur à sa ligne de signal et négatif. De plus, les cours sont inférieurs à leurs moyennes mobiles 20 et 50 (situées respectivement à 17.444 et 19.2807).

Le RSI est inférieur à 30. Cette situation peut indiquer une tendance baissière forte ou un état survendu et que donc une reprise technique s'impose. Dans ce cas on surveillera l'apparition de divergences avec le RSI. Il faudra aussi surveiller de près le cassement du support CT situé à 9,90. On surveillera de près les supports et rèsistances:

-Supports: Support1 = 9,90 ; Support2 = 8,90
-Résistances: Résistance1 = 14,80 ; Résistance2 = 15,60


NEWSFLOW A SUIVRE: QUELS CATALYSEURS ?

Pour profiter d'une reprise, en l'ètat actuel des choses, on suveillera le Newsflow:


-une vente de Eidos à un concurrent de Ubi (Electronic Arts, Square Enix, Warner Brothers comme èvoqué dans l'article de seeking alpha) serait bènèfique au titre

A la fois, cela dissiperait les rumeurs d'appel au marchè ou d'augmentation de la dette d'Ubi. D'autre part, les spèculations sur une concentration dans le secteur reprendraient et seraient profitable à une reprise haussière du titre

-un relèvement ou un maiintien des objectifs avant la fin du mois de Janvier 09 (prèsentation des rèsus)

Pour l'heure, on se rappelle que la direction du groupe avait dèjà rassuré les investisseurs sur les ventes prévues pour Noël, et avait relevé ses objectifs d'un CA de 500 millions d'euros au T3 2008/09 et de 1 050 millions d'euros (contre 1 000 millions d'euros auparavant) pour l'exercice en cours et d'une marge opérationnelle courante de 13% en 2008/09 (contre 12% lors des estimations prècèdentes). Un relèvement des objectifs est difficilement concevable à mon avis: si on regarde le conservatisme de Electronic Arts qui a averti qu'il ne donnerait aucune prèvision pour 2009, et la prudence de Take Two, il semble difficil que Ubisoft puisse communiquer sur un èventuel relèvement de ses objectifs. Toutefois si cela se produit, il faudra attendre au moins la confirmation des ventes de Noël.

Pour rappel, Yves Guillemot avait déclaré le 14 Novembre lors de la BMO Capital Markets interactive entertainment conference que "les jeux vidéo se vendaient aussi bien chez les détaillants à faible coût comme Wal-Mart Stores Inc que chez les spècialistes tels que GameStop Corp". Y. Guillemot avait ajouté "qu'en général, il y a beaucoup de concurrence (en provenance d'autres éditeurs), mais nous observons que nos jeux se vendent bien, parcequ'il ya beaucoup de propriétaires de machines qui ont besoin de logiciels" avant de prèciser qu'il s'attendait encore en 2008 "à des ventes en hausse de plus de 20 % sur les marchès américains et européens" et que 2009 "sera également une excellente année." Or, il est à dèplorer les difficultés de Best Buy et la faillite de Circuit City Stores aux US (ventes US > 40% du CA).

Pour l'heure, Yves Guillemot a eu très tôt le bon french flair pour profiter de la stratégie de marché de masse de Nintendo car elle a permis de créer plus de produits, ce qui permet d'amener plus de personnes vers l’industrie du jeu vidéo et donc d'èlargir le spèctre des retombèes. On sait qu'une èquipe de 4 à 500 personnes est dèdiée à l’architecture Wii. Pour la DS, les jeux "aux coûts de développement ètant relativement faibles, cela permet d’être rentables avec 100.000 exemplaires vendus (contre 1,3 millions en moyenne pour les jeux "next-gen") et donc une bonne marge. Une confirmatin ou un relèvement des obj serait donc le principal catalyseur du titre avec le rachat de la part d' un concurrent de Eidos.

-un changement dans le Capital

Un gros qui rentre, avec dèclaration de franchissement de seuil > 5% ? Il pourrait aussi s'agir d'un gros qui sort.. D'après les dispositions de l'AMF, on a cinq jours ouvrés pour connaître si un nouvel entrant a ramassé du Capital, ou si un gros actionnaire est sorti.

-une recommandation broker qui confirme sa confiance

(1) Rumeurs de rachat de Eidos:
http://seekingalpha.com/article/111193-eidos-on-the-market-who-are-potential-buyers?source=feed
(2) Take-Two F4Q08 (Qtr End 10/31/08) Earnings Call Transcript:
http://seekingalpha.com/article/111312-take-two-f4q08-qtr-end-10-31-08-earnings-call-transcript?source=bnet
(3) Baisses des prix de vente POP , Far Cry 2 & EndWar chez GameStop:
http://kotaku.com/5114707/hope-you-didnt-buy-prince-of-persia-last-week
(4 ) Prèvisions ventes POP & Far Cry 2 par le CFO de Ubisoft le 11/12:
http://www.videogamer.com/news/11-12-2008-10170.html
(5) http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?page=1&id_message=381478712
(6) http://www.ajc.com/

BONUS 1: Etat du sècteur, avec la traduction d'une Conference Call du 17/12/2008 d'un concurrent important TAKE TWO, qui èdite notamment GTA (7) :
Je pense qu'il est util de se pencher sur l'ètat du secteur, en se basant sur la publication d'un concurrent (comparable) de Ubisoft: Take Two. Il est souvent plus facil de se faire une idèe de l'environnement dans lequel èvolue une société.On a tous en tête les chiffres de Take Two: les rèsultats sont mitigés (deux fois infèrieurs aux attentes). Qu'en est-il des perspèctives ? Quelles sont leur guidances et leurs prèvisions? Quels sont les ajustements et les relais de croissance ?C'est ce qui sera abordé dans cette Conference Call du 17 Dècembre de Take Two, que j'ai traduite. La Direction aborde des prècisions sur leur sentiment sur les ventes Voici l'essentiel avec un extrait de ce que j'ai retenu:
ENVIRONNEMENT
Strauss Zelnick (PDG de Take Two) :"Nous travaillons aujourd'hui dans un environnement de grande incertitude. Nous avons mis l'accent sur un certain nombre d'actions de manières à ce que Take Two puisse livrer les meilleurs résultats possible dans ces temps difficiles, tout en continuant à faire èvoluer nos activités, avec une croissance rentable à l'avenir. Étant donné l'environnement économique difficile que nous avons et qui pourrait bien continuer en 2009, nous avons pris une hypothèse très dure pour tous les titres et nous les avons rajustés en conséquence. Nous ne pouvons pas prédire combien de temps la situation économique actuelle va durer, ou l'impact qu'il aura sur nos activités au cours des 12 prochains mois. Et tandis que nous continuons à faire preuve de diligence dans notre travail pour protéger nos affaires en amont en ce qui concerne notre exposition potentielle à de mauvaises créances, celles-ci n'ont pas eu d'impact matériel dans le grand nombre de faillites acteulles, mai il est difficile d'éliminer complètement cette exposition. Je vais fournir plus de détails plus tard dans l'appel sur le calendrier de nos produits en 2009. Il est important de noter que notre calendrier est très fortement chargé en 'back-end', avec de nombreux titres 'triple A' prévus pour le T4. Le maintien de notre calendrier de diffusion est très critique pour les résultats de notre exercice."
PREVISIONS - ANTCIPATIONS
Strauss Zelnick (PDG de Take Two) : "Permettez-moi de fournir quelques données plus précises sur nos perspectives 2009. Nous nous attendons pour nos recettes totales à une part de 80% pour la contribution de l'édition et 20% pour la distribution. Sur un mélange de base de l'édition et de distribution, nous nous attendons à des marges brutes pour l'exercice 2009 vers 30 %. Nous nous attendons à une part des ventes des 75% en Amérique du Nord et 25% à l' international. Laissez-moi vous donner une idée de ce que nous voyons comme charges d'exploitation et en terme de tendances. Notez que nos charges de fonctionnement et d'impôt sont donnés sur une base non-GAAP. Nous voyons notre G & A s'améliorer d'environ 10% en valeur absolue en dollars en 2009 par rapport à 2008, sur la base de notre réduction des coûts et des initiatives de réduction de frais du personnel suite à notre restructuration.
Benjamin Feder (Chief Executive Officer, Director) :"Nous avons la bonne stratégie pour cet environnement - avec un nombre limité d'émissions, en mettant l'accent sur la qualité, en nous concentrant sur les produits avec le plus de potentiel, plutôt que d'inonder le marché avec toutes sortes de produits, je pense que c'est la bonne stratégie en général, mais précisément dans cette économie, et ensuite se concentrer sur les ressources à fort potentiel. Après avoir imaginé à quoi ressemblera le paysage, nous devrons sortir de cette situation et faire en sorte que nous ayons un avantage concurrentiel pour profiter de la reprise et être un chef de file lorsque l'économie sera en meilleure santé. C'est pour cela que nous devons nous concentrer sur nos ressources, nous allons être axé sur la conservation de notre Cash, et nous allons être axé sur un nombre limité de projets avec le plus grand potentiel."
Question de Heath Terry - FBR Capital Markets :"Vous avez parlé des ajustements que vous avez apportés à votre prévision pour l'année prochaine en raison de l'économie. Pourriez-vous nous donner une idée de ce à quoi ces prévisions pourraient bien ressembler, dans un environnement d'exploitation normal?"
Strauss Zelnick (PDG de Take Two) :"Je suis désolé, parce qu'il est trop tentant de résister. Nous sommes fiers de notre travail sur le fait que sur les six derniers trimestres, nous avons toujours atteint ou dépassé nos prèvisions. Nous essayons de le faire en respectant notre calendrier, notre coût de dèveloppement, en tenant compte de nos possibilités et de l'évaluation du contexte du marché et c'est ce que nous avons essayé de faire ici. Durant les deux derniers mois, il ne fait aucun doute que nous y avons regardépar deux fois, et notre point de vue est moins optimiste qu'il ne l'était avant. Ce que nous voulons souligner est tout d'abord que nous sommes très heureux de la façon dont la compagnie a été transformée en une société qui fait face aux difficultés économiques, lié à un contexte économique très difficile, et que nous avons une très bonne situation financière. Nous avons de superbes talents créatifs et ils le seront encore pour l'avenir. Nous avons le catalogue optimal pour l'entreprise. Nous pensons que dans la mesure où il ya un orage, la météo nous va bien ici. Je pense que pour être plus optimiste en ce moment, compte tenu de l'actualité, il ne serait pas très prudent d'être moins prudent et nous nous tournons vers l'international où nous exerçons de plus en plus nos activités."
DIVERSIFICATIONS-RELAIS DE CROISSANCE-REVENUS-CYCLES-WII
Strauss Zelnick (PDG de Take Two) :"Nous continuons à mettre l'accent sur de nombreuses possibilités à partir desquelles nous pouvons élargir notre offre et diversifier nos revenus. Nous pensons que le contenu téléchargeable est une occasion importante dans le court terme. Nous sommes enthousiastes à l'idée de la création de valeur dans ce domaine et le potentiel de profit de ce nouveau canal de distribution. Nous tentons d'innover avec des épisodes de Grand Theft Auto 4. Le jeu en réseau est un autre moyen important de maximiser la valeur de notre propriété intellectuelle. Cela permet également de répondre à certaines des préoccupations que nous avons à l'égard de la vente de produits usagés. Il est possible de peocèder à des micro-transactions et des abonnements pour améliorer l'emballage des marchandises en offrant de multiples canaux de recettes que d'autres entreprises de médias ont fait avec succès, et nous assistons à de nouveaux débouchés avec l'iPhone. Nous pensons que nous continuerons à bénéficier de plus en plus de la base installée de Nintendo Wii. Notre relation avec Nintendo n'a jamais été aussi forte et le succès de la franchise Carnival Games nous donne une bonne base. Notre stratégie de développement sélective sur les titres 'triple A' s'étend à notre approche de notre portefeuille de divertissement pour la famille. Nous continuerons de mettre l'accent sur le développement d'un nombre limité de titres qui ont un fort potentiel de succès. Carnival Games est un parfait exemple de cette stratégie, ce qui donne des résultats incroyables.
Aussi, nous élargissons notre présence dans les marchés émergents. Ceux-ci pourraient bien être les premiers pays à se remettre d'une récession mondiale. Nous avons ouvert un bureau en Asie au début de cette année et nous pensons que nous sommes maintenant dans une bien meilleure position pour capitaliser sur cette occasion. Notre renommée mondiale est le moteur de notre expansion dans cette région. L' Asie sera particulièrement important pour nous pour explorer les possibilités dans les micro-transactions et les abonnements. Nous poursuivrons notre levier dans catalogue, qui peut générer jusqu'à 30% de nos revenus. L'un des avantages d'avoir des jeux Triple A, c'est que les produits au fil du temps, deviennent des conducteurs précieux dans notre catalog. Si certains pensent que le cycle de cette console dure plus longtemps que prévu initialement, notre catalogue pourrait avoir beaucoup plus de valeur au fil du temps. Enfin, il existe des possibilités d'étendre notre franchise dans les médias traditionnels, notamment avec la télévision, le cinéma et la musique.
Pour résumer, bien que nous reconnaissions les défis économiques de notre industrie et auxquels nous devrons faire face, nous restons fermes dans notre détermination à offrir de la valeur en étant le plus novateur, le plus créatif et le plus efficace dans l' industrie du divertissement interactif. Nous avons une feuille de route stratégique qui, selon nous réalisera notre succès. Nous allons continuer à transformer cette société et développer notre leadership mondial, y compris la création d'origine IP (par internet) et de jeux triple A, en proposant la meilleure offre pour la maison et ses partenaires avec notre talent créatif, et fixer de nouvelles normes de qualité et d'innovation, pour maximiser nos coûts et avoir des gains d'efficacité pour aller de l'avant, avec prudence, et accroître notre présence internationale dans les marchés émergents, notamment en Asie, en augmentant le niveau de nos activités par le biais d'une stratègie d'acquisitions opportuniste mais sélective, et l'exploitation de nouvelles sources de revenus en tenant compte des opportunités de croissance, y compris de notre catalogue."
(7) Traduit de: http://seekingalpha.com/article/111312-take-two-f4q08-qtr-end-10-31-08-earnings-call-transcript
Bonus 2 : Etat du Secteur, avec une news Reuters du 14/11/2008 traduite
Les Dirèctions des èditeurs optimistes lors de la ' BMO Capital Markets interactive entertainment conference ' (8)


NEW YORK (Reuters) - Le chiffre d'affaires du jeu video devrait être èlevé cette année et en 2009, malgré les difficultés économiques qui ont touché certains magasins de vente au détail commercialisant des jeux, a communiqué l'industrie ce jeudi.

Prenant la parole à la "BMO Capital Markets interactive entertainment conference", conférence qui se dèroule à New York, ils ont dit que leur optimisme est alimenté par de solides ventes de consoles par Nintendo Co Ltd, Sony Corp et Microsoft Corp.

"Je pense que ça va tenir beaucoup mieux que les autres industries», a déclaré Mindy Mount, chef de la direction financière de Microsoft pour le divertissement. "Nous restons prudemment optimistes".

Reggie Fils-Aime, président de Nintendo of America, a annoncé que sa console Wii continuait à bien se vendre, tandis que les ventes de la DS ont augmenté de près de 20 % d'année en année. Pour cette raison, Nintendo n'a pas l'intention de réduire le prix de la Wii situé à 250 $, selon Fils-Aime.

Microsoft a réduit le prix d'entrée pour le prix de ses Xbox 360 à 200 $ en Septembre, et Sony a réduit ses prix américains de la PlayStation 3 l'année dernière, livrée avec 80 Go de disque dur et un lecteur Blu-ray pour environ 400 $.

"Si je regarde les perspectives de l' industrie, je pense qu'un optimisme prudent est tout à fait approprié," a déclaré Fils-Aime à Reuters dans une interview. "Chez Nintendo, je dirais même que nous sommes très optimiste".

Les perspectives pour les jeux vidéo sont donc bonnes contrairement à beaucoup d'autres industries qui souffrent de la crise financière mondiale et la montée du chômage, qui a incité les clients à maîtriser leurs dépenses. Cette semaine, Best Buy Co Inc, le n ° 1 US des chaînes d'électronique, a réduit ses prévisions de bénéfice et Circuit City Stores Inc a déposé son bilan.

Yves Guillemot, PDG de Ubisoft Entertainment SA - fabricant du hit "Splinter Cell" - a déclaré que les jeux vidéo se vendent aussi bien chez les détaillants à faible coût comme Wal-Mart Stores Inc que chez les spècialistes tels que GameStop Corp. «En général, il y a beaucoup de concurrence (en provenance d'autres éditeurs), mais nous observons que nos jeux se vendent bien, parcequ'il ya beaucoup de propriétaires de machines qui ont besoin de logiciels," a prècisé Guillemot. Il a prècisé qu'il s'attendait encore en 2008 à des ventes en hausse de plus de 20 % sur les marchès américains et européens et il a ajouté que 2009 "sera également une excellente année."

Attirer de nouveaux joueurs
L' analyste Edward Williams de chez BMO estime qu'il ya plus de 50 pour cent de consoles de jeux vidéo en plus installées maintenant par rapport à il ya un an, et ceci stimulera les ventes en magasin pendant la saison des fêtes.

Mais le défi de la croissance future est d'attirer des consommateurs peu familiers avec les systèmes de jeu vidéo, qui mai pourraient être préoccupés par leur porte-monnaie pour acheter des jeux. "La question est le consommateur qui est un peu plus èloigné, la personne qui est nouvelle pour les jeux et qui n'est pas très intéressée par le jeu vidéo", at-il dèclaré. "C'est là que je pense qu'il y a un plus grand potentiel de risque".

(8) Traduit de 'Videogame makers predict jingle bells at registers'
http://www.canada.com/topics/technology/story.html?id=961566

BONUS 3 : L'histoire chaotique de EIDOS (9)
Eidos est très certainement le prochain Editeur qui se fera racheter (par Warner ?), ce qui relancerait la concentration dans le secteur et les spèculations. Retour sur une histoire chaotique.


En 2005, SCi Entertainment Group a procèdé à une surenchère face à Elevation Partners pour acquérir Eidos Interactive. Moins de deux semaines plus tard, SCi avait déposé officiellement une demande pour changer son nom de société pour Eidos - de manière à aligner le nom de l'entreprise avec ses consommateurs.

Du milieu à la fin des années 90, Eidos a connu une montée en flèche de son cours. L'entreprise, qui avait commencé comme une société de logiciels axés sur la compression et les outils d'édition, a été acheté des développeurs de jeux PC. En 1995, Domark, Simis et Big Red sont devenus la base de la rèputation de Eidos Interactive. En 1996, Core Design, le créateur original de Tomb Raider titre rejoignait Eidos.

La console du marché la plus tilisée ètait celle de Sony, alors en plein essor avec sa Playstation en se plaçant avec le CD-ROM à la place des cartouches de jeux, et c'est ce qui a propulsé. Mais, entre 2000 et 2004, Eidos a été ramené à terre, et aura perdu de son éclat. En août 2004, en raison de sa trésorerie et de lourdes pertes, la société a alors entamé des discussions avec un partenaire.

Elevation Partners, qui ètait à l'époque une nouvelle entreprise de private equity lancé par un mélange d'investisseurs expérimentés et des chefs d'entreprise, a été parmi les premiers à venir frapper à la porte. L'offre ètait alors d'environ 135millions $ (71 millions de livres). Avec la pression financière qui pesait, et une perte d'exploitation de 50 millions au cours des six mois prècèdents, Eidos semblait prêt à accepter ce deal. Le 21 Mars 2005, Reuters est même allé raconter que l'opération avait été effectuée. Mais elle ne l'était pas.

SCi Entertainment a fait une offre concurrente avec l'aval des actionnaires. SCi dèbourse alors 76.1millions de livres en èchange d'actions. En avril, SCI a remporté la mise.

Le Pdg de Electronic Arts, John Riccitiello, partenaire de Elevation et un des principaux architectes de leur offre pour Eidos, a été l'un des premiers critiques. Il a expliqué que "si SCI est une entreprise prospère, elle a peu d'expérience de l'intégration des grandes entreprises, de l'exploitation d'une envergure internationale des jeux vidéo ou de société importante dans la gestion de la propriété intellectuelle".

Riccitiello avit une boule de cristal terriblement précise. À peine deux ans plus tard, SCI est de retour dans le rachat des titres. La société a alors confirmé que des négociations étaient en cours avec des acquéreurs potentiels en Septembre 2007.

En Janvier 2008, les pourparlers avec des parties ont été rompues. Peu de temps après, le chef de la direction de SCi et d'autres dirigeants clés ont démissionné sous la forte pression des actionnaires. L'année écoulée, le tandem SCi / Eidos a continué de faire l'objet de rumeurs dans la presse.

Aujourd'hui, Eidos emploie plus de 600 personnes et il est le plus grand développeur de jeux et le plus gran éditeur basé au Royaume-Uni. La société a sous son aile Tomb Raider, Hitman et Deus Ex comme fameux hits. Malgrés une certaine reconnaissance, toutefois, la société est en butte et le navire tangue. La direction a réduit le personnel et se trouve dans un processus de restructuration. La capitalisation boursière a fondu de 500 millions de livres à moins de £ 50millions en un an. De plus, des fonds de roulement de 60millions de livres ont dû être levés pour des raisons de fonctionnement.

Lorsque le rapport annuel a été publié en Septembre, SCI a fait état d'une perte EBIDTA pour l'exercice terminé le 30 Juin de £ 99.1 pour des recettes de £ 118.9m. Le processus de rétablissement de la société est en cours mais se fait de manière lente, aggravée par l'ensemble de l'économie et les questions plus étroite face à l'industrie du jeu au Royaume-Uni.

Un récent rapport du National Endowment for Science, sur la technologie et les arts [NESTA], citait un manque de compétences et une crise de financement, les projets diminueraient entre 20 et 30% en 2009 et le pays se trouve être de plus en plus dépassé par de pays tels que la Corée, le Canada et la Chine. S'exprimant au sujet du rapport, le directeur de la création Eidos Ian Livingstone a prècisé que "en dépit de la créativité et du talent technique qui existe au Royaume-Uni, lors des six dernières années, la moitié des studios de développement indépendant ont fermé ou ont été achetés par des sociétés étrangères qui voient une plus grande valeur dans nos studios et une plus grande propriété intellectuelle que nous ne le faisons nous-mêmes".

À l'instar de John Riccitiello et de ses prévisions pour SCi, Livingtone aurait-il une déclaration prophétique sur l'avenir de SCi / Eidos ? Peut-être. Eidos a beaucoup de marques et des développement solides. Avec la faiblesse des marchés et leur valeur actuelle, il est facile de voir un éventuel rachat. Warner, qui ests ur toutes les lèvres pour Eidos, raviverait les spèculations

(9) Traduit de : http://seekingalpha.com/article/111193-eidos-on-the-market-who-are-potential-buyers?source=feed

2 commentaires:

nikos35 a dit…

Salut Sacha,
J'ai lu d'un oeil très intéressé ton blog... bravo pour toutes ces recherches. Es tu toi-même dans le corps médical ?

Par ailleurs, est-ce que tu as un endroit où tu "disclose" tes positions et investissements journaliers ainsi que l'horizon temporel de ta stratégie ? ça pourrait être un ajout intéressant à ce blog!

Encore bravo,

Nikos

27 décembre 2008 à 17:28
nikos35 a dit…

Salut Sacha,
J'ai lu d'un oeil très intéressé ton blog... bravo pour toutes ces recherches. Es tu toi-même dans le corps médical ?

Par ailleurs, est-ce que tu as un endroit où tu "disclose" tes positions et investissements journaliers ainsi que l'horizon temporel de ta stratégie ? ça pourrait être un ajout intéressant à ce blog!

Encore bravo,

Nikos

21 février 2010 à 18:51

Enregistrer un commentaire

Veuillez ajouter vos commentaires ICI

 

2009 ·Blog bourse & biotech de sachakin by TNB This template is brought to you by : allblogtools.com